Le couvent et premier collège

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer

 Le couvent

Le couvent en 1973La première école de la paroisse était située sur le grand rang, à mi-chemin environ entre la maison de Léo Lefebvre, un résident d'été, et la maison de Henri Baril. Le titulaire de cette école était un maître, Sévérin Lachance (père de Joseph), originaire de Saint-Jean-de-Matha. Ses honoraires étaient de 60 $ par année et il devait se nourrir et se chauffer. Plus tard, vers 1904, on bâtit une nouvelle école.

Mais comme la population augmentait toujours, cette deuxième école était devenue trop petite. C'est alors que surgit le projet de faire venir les religieuses. C'est ainsi qu'on peut lire l'ordonnance de Mgr Fabre lors de sa visite pastorale en 1919:

" Nous avons été heureux d'annoncer aux fidèles notre intention de donner 1400 $ (fruit des aumônes du carême) pour aider à la construction d'une école destinée à recevoir les religieuses."

Le couvent actuel fut donc construit en 1918. C'est le curé Viateur Ducharme qui fit bâtir ce couvent et nous notons dans les archives du couvent: "qu'il le fit par sa seule industrie, ne laissant aucune dette à la paroisse." Le nom du couvent est Saint-Viateur en l'honneur du curé Viateur Ducharme.


Le premier collège

Comme la population rurale émigre vers les villes, la population des rangs tend à s'établir au village. De 1941 à 1951 le village a doublé, et les problèmes de l'enseignement recommencent. C'est alors qu'on songe à construire un collège dirigé par un maître laïc. Ce projet s'est réalisé en 1951 et à ce moment le collège logeait une cinquantaine de garçons dirigés par un maître et une institutrice et divisés en deux classes. Le premier titulaire de ce collège fut Darcy Gendron qui le dirigea durant deux ans, et le deuxième Florian Champagne, tous deux aidés par Anselme Saint-Georges, pour les petits. La paroisse comptait à cette époque huit écoles dans les rangs. Celle du Lac-à-Poisson était fermée à ce moment depuis quelques années et d'ailleurs elle fut mise en vente en 1955 après le départ du dernier citoyen, Napoléon Cantara et sa famille. Aujourd'hui, cette école sert de chapelle pour les résidents d'été du Lac-à-Poisson. C'est à l'automne 1954 que le nombre toujours croissant d'élèves obligea les autorités scolaires à faire une classe de plus dans le couvent; elle fut aménagée dans le grenier, avec fenêtres du côté sud. Durant ce temps, on y fit la classe dans la salle du curé Bérard, aujourd'hui convertie en maison par René Durand, et elle fut achetée en 1968 par André Gilbert.