La commission scolaire : ses débuts… sa fin…

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer

Jusqu'en 1886, où le gouverneur de la Province de Québec en Conseil forma une commission scolaire indépendante de celle de Saint-Michel-des-Saints. Avant les années 1886, Saint-Michel-des-Saints et Saint-Zénon opéraient ensemble de ce côté.

En 1880, l'institutrice locale était Mme Ovida Sabourin et elle touchait un salaire de 68 $ par année. Aussi, dans les régistres, nous retrouvons les noms des premiers évaluateurs de la paroisse, soient MM. Aristide Ferland, Onésime Héroux et Didace Thériault. À cette époque, Saint-Zénon faisait encore équipe avec Saint-Michel. Le total de l'évaluation était de 16 441,50 $ et le taux était de 2 ¢ le 5 $ d'évaluation.

Au début, les enfants des deux paroisses ne recevaient d'autre instruction que celle qui les préparait à leur première communion, mais ceci ne fut que pour un certains temps, car quelques années plus tard il y avait des maîtres et des institutrices compétents.

De 1886 à 1969, la Commission scolaire a eu son histoire, histoire qui est comparable à toute histoire d'une commission scolaire. Jusque vers les années 1950, il y avait des écoles dans tous les rangs, mais comme en 1951 la population commença à venir habiter au village ou à émigrer vers la ville, les écoles ne servaient plus. C'est alors qu'en 1960, les écoles des arrondissements nos 2, 3, 5, 6 et 7 furent vendues. L'école no 2, au prix de 1500 $, l'école no 3 au prix de 1200 $, celle du rang Saint-Albert, au prix de 225 $, celle du rang Saint-Joseph au prix de 1000 $; et celle de Saint-François 600 $. La première école du rang Saint-Joseph avait été construite par James Champagne en 1906 au prix de 300$.

À compter du 1er juillet 1969, la Commisison scolaire de la paroisse n'existe plus. Elle se fusionne pour former la commission scolaire l'Érablière qui a pour centre Saint-Félix-de-Valois.

Quelques propositions relevées dans les livres des minutes:

1909 - Il est proposé par M. Adélard Rondeau et secondé par M. Willy Marcil, que le poêle de l'école no 3 soit changé de place en le mettant dans la classe. Résolu unanimement.

1930 - M. Cléophas Rondeau propose que les filles qui viennent à l'école avec des coudes ne soient pas renvoyées de l'école.

1933 - M. Joseph Dénommé propose qu'à l'avenir le salaire des hommes employés par la Commission scolaire soit 15 ¢ de l'heure.